Téo Spychalski, JACEK

Actuellement Directeur artistique et général du Groupe de la Veillée et du théâtre Prospero, Téo Spychalski naît le 7 décembre 1944 dans une Pologne encore sous occupation allemande.

La vie culturelle et artistique dans la Pologne de cette période, fin années '50 et début '60, est en plein essor. Développements en peinture, musique, cinéma. Traductions de ce qui est vraiment valable dans la littérature mondiale. D'où des rencontres littéraires très importantes pour Téo Spychalski – la plus forte peut-être : avec l'œuvre de Thomas Mann.

À la fin de ses études, il se spécialise en «théâtrologie», au séminaire du professeur et grand critique Edward Csato. En 1966, pour la dernière année de ses études, il propose de s’installer à Wroclaw afin d'y rédiger sa thèse finale sur les activités du Théâtre Laboratoire. Grotowski accepte. Il participe alors à tous les travaux de cette troupe. Il est encore en train de rédiger sa thèse lorsqu'on l’invite à demeurer et à travailler au Théâtre Laboratoire.

Il en devient alors membre et, de 1966 à 1980, y exerce plusieurs fonctions. Il introduit à la langue et à la culture polonaise les étrangers venus étudier au Théâtre Laboratoire. Il assiste Grotowski dans les cours donnés aux stagiaires. Il observe à peu près toutes les répétitions d'Apocalypsis cum figuris entre 1966 et 1968.

Ensuite, impliqué par Grotowski dans l'élaboration de la phase post-théâtrale de sa recherche, il dirige, à partir de janvier 1973, les travaux pratiques du Studio International du Théâtre Laboratoire.

Dès lors, Téo organise et dirige les projets participatifs alors nommés «parathéâtraux», en compagnie de plusieurs collaborateurs, pour la plupart en provenance de pays étrangers.

C'est à ce moment qu'il rencontre pour la première fois des Québécois, dont Gabriel Arcand (en janvier 1973). Gabriel reviendra à Wroclaw plus tard à quelques reprises et participera à l’organisation de certains événements du Laboratoire dans l’équipe de Téo, notamment en 1975 à Ostrowina en Pologne, et à Venise pendant la Biennale, la même année.

En 1977, invité par La Veillée et le Actors’ Lab de Toronto, Téo entreprend par bateau, le transatlantique Batory, sa première traversée vers l’Amérique. S'en suivent : séjours à Montréal, travail avec les gens du Québec et de l'Ontario, visite chez les Amérindiens de l’île Manitoulin et étude de leurs danses.

De retour en Pologne, il assiste Grotowski dans son grand projet du «Théâtre des Sources», de 1977 à 1980.

Suite à ces explorations, Téo Spychalski organise et dirige, entre mai et août 1980, dans le cadre du «Théâtre des Sources», les travaux de son volet Ostrowina, du nom de l'endroit où se déroulent les activités, tout près de Brzezinka, alors site principal du groupe de Grotowski.

La tumultueuse deuxième moitié de l'année 1980 en Pologne coïncide avec son séjour à l'extérieur du pays, en Amérique du Sud où il se rend avec sa famille. Retenu outre-Atlantique à cause de la situation en Pologne, il travaille avec des jeunes gens de théâtre, au Venezuela en 1981, puis aux États-Unis, la même année, à New York et en Caroline du Nord.

De nouveau au Canada à l’été '81, il donne des stages dont les exercices proviennent du «Théâtre des Sources» (il les nomme «Mouvement-Vigile») – à Vancouver et, avec plusieurs groupes de Québécois, à Chartierville dans les Cantons de l’Est. Il repart ensuite pour un court séjour au Venezuela et, nouveau tour du destin, au moment du coup militaire du 13 décembre 1981 dans son pays, il est en route vers le Canada et Montréal. Il y arrive le 1er janvier 1982. Et il y reste.

Adaptations et mises en scène au sein du Groupe de la Veillée: TILL L'ESPIEGLE / LE JOURNAL DE NIJINSKI (1982), L'IDIOT d'après Dostoïevski (1983), DANS LE PETIT MANOIR de Witkiewicz (1985), PARADE SAUVAGE (théâtre de chansons - 1984), UN BAL NOMME BALZAC d'après " La Peau de chagrin " (1987), LES CAHIERS DE MALTE LAURIDS BRIGGE d'après Rainer Maria Rilke (1988), LA GUERRE d'après " Voyage au bout de la nuit " de Louis-Ferdinand Céline (1991), CREANCIERS de Strindberg (1993), MOI, FEUERBACH de Tankred Dorst (1995), LA FAIM d'après Knut Hamsun (1996), LES DEMONS d'après Dostoïevski (1997), LA NUIT DES TRIBADES de Per Olov Enquist (2001).